Curtis Mayfield - The Other side of town

Il faut vraiment que je finisse de vider les cartons, enfin de surtout ranger ces foutus cds. Je m’y essaye mais à chaque fois le scénario est le même, je prends le disque et je le mets sur la platine, et je suis aspiré vers le canapé mode chill-out. Bref.

L’album Curtis, est l’un des objets du jour. The Other side of town est le second morceau du premier album impressionnant de Curtis Mayfield, un Chicagoan, membre des Impressions, qui démarre là, en 1970 sa carrière solo. Vous connaissez surement l’album Superfly et son morceau phare Freddie’s dead (mais si !). Le reste fait partie de l’histoire de la soul et de la blaxploitation. Carrière mythique puis progressivement de moins en moins intéressante jusqu’à devenir pénible, il meurt diabétique et paralytique en 1999 au terme de dix ans de maladie. Guitariste raffiné, il est la conscience politique de la soul aussi bien qu’un innovateur musical.

Ce morceau comme une bande son pour le nouveau projet sur lequel je travaille en ce moment :

L’autre côté de la ville, c’est comme cette occupation d’immeuble à côté de chez moi. Spéculation immobilière, les propriétaires d’Arabie saoudite, basés dans un paradis fiscal laissent vide un immeuble de 7 étages, bijou de famille de l’État belge, bradé aux spéculateurs.

Réquisition de l’autre côté de la ville. Bruxelles vue de l’autre côté du Berlaymont... A suivre.

Depression is part of my mind
The sun never shines
On the other side of town
The need here is always for more
There’s nothing good in store
On the other side of town

Documents joints