Gallon Drunk : Before the Fire

Pas vraiment le temps, ni la tête à uploader des morceaux, en deux clics et hop un lien vidéo sur ma timeline facebook, la flemme l’emportera toujours sur l’éventualité de rédiger quoi que ce soit.

Cependant, le dernier Gallon Drunk, „THE SOUL OF THE HOUR“ est vraiment bien. J’avais presque oublié ce groupe, c’est en écoutant parler dans le bus un supporter de l’Union Saint-Gilloise, que j’ai su qu’ils passaient à Bruxelles en concert. Du coup, j’ai écouté leur dernier album qui m’a envouté d’entrée avec ce morceau Before the Fire.

D’un envoutement l’autre, me voilà à leur concert. Très bon moment, pas la révolution du monde de la musique, mais ce qu’ils font, ils le font bien, ils sont contents d’être là, et la centaine de gus qui ont fait le déplacement aussi, alors, tout va bien.

Je ressors les deux albums par qui ils arrivèrent à mes oreilles :
Tonite... the singles bar

Extrait : The last gasp (safty)

You, The Night ... And The Music

Extrait : le très garage « Some Fool’s Mess »

Tout ça, et deux autres albums avant que le groupe splitte une première fois et que James Johnston devienne un membre des Bad Seeds de Nick Cave à temps plein pendant quelques années...

Qui se souvient qu’il a aussi joué avec l’Ulan Bator français ? Ou que trois Gallon drunk sont de l’aventure Big Sexy Noise aux côté de Lydia Lunch ? Probablement ceux qui se souviennent du passage de Johnston dans Faust, et de leurs sessions aux studios Cloud Hills pour l’enregistrement de Something dirty ? Cloud Hills devient alors le studio et le label du groupe anglais pour leurs albums et Eps depuis 2012. Rock’n’roll et houblon par bidon de 4,54609 litres !