Hubert Laws - Syrinx

Musicien de jazz, de funk, de musique classique, le flûtiste Hubert Laws a soufflé sur plus d’un disque phare de la musique américaine des années 70. Du Free Will de Gil Scott Heron au back up de Herbie Hancock, Stevie Wonder ou Georges Benson, la liste est très longue. Mais il fut aussi le compositeur, producteur ou interprète d’une série de disques ambitieux, parus dans les années 60, chez CTI (dont je parlais dans le billet précédent) : The Laws of Jazz, Flute By-Laws, Laws Cause. Plusieurs de ses enregistrements furent inspirés de la musique classique ou simplement portèrent sur des interprétations dans une approche classique ou jazz de compositions de Bach, Rachmaninov, ou de compositeurs français à la mémoire du flûtiste Jean-Pierre Rampal.

Le disque qui nous intéresse aujourd’hui, le voit jouer, au côté de Ron Carter entre autres, des versions de composition de Debussy, Stravinsky et Bach. Evidemment comme je déteste Bach, il ne me viendra pas à l’idée de partager les extraits du Concerto Brandebourgeois, ampoulé dans la pure tradition Bach. Pas très objectif ce commentaire, mais Bach est la seule (je pense) musique qui m’irrite totalement, me tape sur les nerfs. Bach me rend nerveuse. Même à l’aveugle. Je ne peux m’empêcher par contre, d’être toujours séduite par Debussy, d’où ce court extrait, Syrinx. Histoire de rester dans la thématique flûte (syrinx). En plus, il a toujours porté la barbe. Garçon lumineux.