Jean Ray, Maya Angelou, Maryse Condé, Liz Williams, Camilla Läckberg

Jean Ray - Le Carrousel des maléfices

Contes fantastiques, effrayants parfois juste amusants, dans le pur style du prolifique Jean Ray. A noter le glaçant Tetes-de-Lune, sorte de jour sans fin pour impulsif paranoïaque.

Maya Angelou - Un billet pour l’Afrique

Maya Angelou a tenté le retour en Afrique. Maryse Condé aussi. Les deux écrivaines racontent leurs expériences respectives. Cela donne « la vie sans fards » pour Condé et « Un billet pour l’Afrique » chez Angelou. Entre enthousiasme naïf et déception, les deux auteures racontent les itinéraires de femmes indépendantes et idéalistes, grandes intellectuelles, mères tiraillées, amantes déboussolées, foulant une terre chargée des fantasmes des descendants perdus des esclaves des terres d’amérique. Elles évoluent toutes les deux dans le Ghana de Nkrumah. croisent Malcolm X pour l’une, Amilcar Cabral pour l’autre, et de nombreux autres intellectuels, politiques et révolutionnaires africains. Deux ouvrages passionant de bout en bout.

Condé - « la vie sans fards »
http://scd.rfi.fr/sites/images.rfi....

Voilà un roman délirant aux croisées du polar, du livre fantastique et de la S.F., tout en bonne humeur, avec un zeste de love dedans, tout ça dans un univers dans le genre Blade Runner shooté à l’encens de temple boudhiste, quelque part entre le monde des vivants et celui des morts. Bienvenue à Singapour III et son monde paranormal.

Liz Williams
Le tailleur de pierre

Un pile de Läckberg, lecture nocturne parfaite, personnages récurrents attachants, fond historique ou social différent à chaque fois, peinture de la vie dans une petite bourgade suédoise avec beaucoup de guys next door sympathiques, lisible sans casser des briques, avec juste qu’il faut de féminisme de magazine et d’intrigue pour qu’on aille jusqu’au bout quitte à sauter les descriptions relationnelles à rallonge qui alourdissent les différents ouvrages.

Le gardien de Phare
Cyanure

LE prédicateur
L'oiseau de mauvais augure

Rédigé en novembre 2014