MX Machine - Fuck the neighbors

C’est un post-FB du genre : « remember le crossover ? » qui m’a mené à cette lutte contre l’alzheimer armée de google search. Les limbes du thrash metal vomissent ce groupe obscur, MX Machine, et leur seul morceau vaguement mémorable, pour fêtes arrosées de Jeanlain : Fuck the neighbors.

Comme il se doit, le groupe est né à L.A., dans cette période raffinée de réaction au metal-mulette. Le glam et ses permanentes fatigue la nouvelle génération skate, qui en dynamitent les codes. Here comes le thrash metal et le crossover.

Suicidal Tendencies, D.R.I, Uncle Slam... on accélère le tempo, on rajoute une pédale de grosse caisse à la batterie, on se branle sur des solos dissonants bien aigus, les rythmiques guitares/basses alternent des riffs lourds et des phases plus techniques et saccadées, le chant est plus brutal, direct que les vagues de métal précédentes. L’influence du punk-hardcore se fait sentir, mais on est pas encore dans la fusion des deux genres.

Et donc MX Machine, du genre de groupe de suiveurs totalement oubliables. On pense un peu à Mucky Pup, dans le genre fun subtil, peut-être à cause de la pochette nulle à chier, ou simplement parce j’aurais bien aimé dans les deux cas ne pas avoir une mémoire musicale de plusieurs terra dans la tête, blindée de références inutiles.

Leur reprise du Stay Clean de Motorhead est indigente, le morceau « no glam fags » est un hamburger con, mou et froid. Ces foutus MX Machine ont même poussé la plaisanterie super loin en se reformant en 2007 et n’ont pas splitté depuis. Brr. Dans un prochain épisode, on découvrira pourquoi je garde le souvenir de ce genre de débilités bien au chaud.

Documents joints