O.T.H — On est tous des acculés

C’est le mode vie de merde qui mène au billet du jour. Le mode vie de merde est un cocktail savant : un dose de manque de sommeil, une dose de stress, une dose de fait tes comptes : et oui t’es dans la merde, une dose de mal de bide et une grosse dose de je vois que dalle putain d’uveite et d’arterite de merde, faut que je retourne chez le doc, j’en ai marre des prises de sang et des salles d’attente et hop : welcome vie de merde. En plus, niveau boulot, hormis quelques lumières ponctuelles, je m’enfonce dans des projets flous, energivores, sans directions et sans issue. Je n’arrive toujours pas à baliser les choses de façon à ce que je me perde pas, que je m’enthousiasme pas pour du vent. Tout est là, mais évidemment, je ne vois pas (c’est pas beau ce freudian slip là !), enfin je ne veux pas voir - et hop ! je ne fuis que trop tard, crevée et déçue. De quoi bien remonter le moral.

Remède : sortir une pile de disque et mettre le son à fond. C’est bien, en plus ça vide les cartons.

NIN : Pretty hate machine. Le morceau « head like a hole », jadis imparable aujourd’hui ne marche pas.

Sick of it all : Scratch the surface. « Step down », pas mal pour la gnak, manque le mosh pit.

Quand c’est mal parti plus rien de m’arrête : la Xeme mise à jour de spip 2 ne règle pas mes problèmes, ma connaissance du php ne me permet pas de les régler moi même. Fais chier. Aller musique. Un petit billet pour exorciser. Podomatic n’aime pas le français :

File not publishable : If this mp3 file contains non-English characters, please rename the file and re-upload. We are currently experiencing technical difficulties with non-English file names.

Gromeleu.

Un billet plusieurs morceaux, lancer l’upload via leur player flash (de merde). Non. Non.

We’re sorry, you must upgrade to the latest Flash Player to use this uploader.
Please visit the Adobe website to install.

Quand je jouais dans Ulrike on avait un morceau sur lequel Greg hurlait : What comes next ? What comes neexxxxt ? Le voisin m’explique que je nourris pas assez les chats des autres voisins... Gromeleu. J’ai pas mes règles, mais je prends tout mal derrière mes globes occulaires.

Bon, rien que de l’écrire, maintenant, je rigole un peu. J’essaye de pas trop me plaindre mais des fois c’est reloud, ces voiles et tâches devant les yeux.

Heureusement, j’ai toujours sous la main les jeux de mots acides d’ OTH (On tenterhooks - sur des charbons ardents), leur energie desespérée pour transcender mon ras-le bol. Et déjà, ça va mieux.